Amérique

Deuxième voyage à New York: nous avons pris l'avion pour New York ... Et nous sommes arrivés!

Pin
Send
Share
Send


Samedi 26 décembre. Dix heures. L'alarme continue et la lettre d'information de Catalunya Ràdio commence à sonner. Je suis totalement engourdi, mais quelque chose attire mon attention:

«… Les États-Unis ont appelé à un renforcement des mesures de sécurité sur les vols à destination de leur pays après l'attentat frustré de ce matin contre un avion de Delta Airlines qui atterrit à Détroit. Un jeune homme a tenté d'exploser la poudre attachée à son corps avec un liquide réactif, mais la déflagration n'a causé que quelques brûlures.

L'équipage et certains passagers du vol ont réussi à contrôler la situation et l'avion a pu atterrir quelques minutes plus tard à Détroit, où l'homme a été arrêté ... »

Ce qui me manquait! Dans quinze jours exactement, je vais à New York et maintenant cela se produit. Je devrais être inquiet ou peut-être un peu terrifié, car je voyage avec Delta, mais je ne fais que maudire ce mec et toute sa famille. Si les mesures de sécurité prises dans les aéroports lorsque vous voyagez aux États-Unis sont déjà paranoïaques, elles toucheront désormais la démence. Je devrai me rendre trois heures avant à l'aéroport et, en plus de l'incident aérien, j'ajoute que je vais présenter le nouveau T1 de l'aéroport de Barcelone et que je serai un peu perdu. Bien que, si vous y réfléchissez froidement, il vaut mieux qu'ils nous déshabillent à l'aéroport pour nous faire fuir.

Samedi 9 janvier. Six heures du matin. L'alarme continue. J'ai vraiment sommeil. J'ai passé presque deux nuits sans frapper un oeil et la journée est très longue. Mon partenaire se lève également avec moi, et bien que cette fois il ne m'accompagne pas dans mon voyage, il le fait à l'aéroport pour me souhaiter un bon moment et prendre de nombreuses photos. Je ne crois toujours pas qu'elle ait eu la chance de partager la vie avec lui. Mon père m'accompagne également, cet être béni, qui m'emmène et m'emmène de l'aéroport quelles que soient les heures prématurées auxquelles je pars habituellement.

En arrivant à New York, nous trouvons ce message apocalyptique.

Nous allons sur l'autoroute et abordons le détournement du nouveau terminal, à gauche «arrivées» et à droite «départs». Après avoir parcouru le ring, je me rends compte qu’il se trouvait à gauche du parking. Nous avons laissé la voiture au deuxième étage, celle qui donne un accès direct au terminal et quand je rentre, je suis émerveillée. Enfin, Barcelone a un aéroport comme Dieu le commande! C'est immense, spacieux, lumineux et je me perds. Je ne sais pas si je dois monter ou descendre. Heureusement, Gemma m'envoie un SMS: "Nous sommes devant le guichet 757" et j'ai littéralement tellement de guichets. Nous avons pris deux heures et demie avant le départ du vol, pensant que prendre l'avion ne serait pas une tâche facile. Finalement nous arrivons et procédons à l’enregistrement des bagages. L’agent de bord de Delta Airlines nous demande des passeports et un numéro de réservation de vol. Jusqu'ici rien d'étrange. Soudain il nous dit:

-Je suis autorisé par le ministère et je ne me souviens pas de ce qu'il a dit pour vous poser quelques questions. Avez-vous fait votre valise? Avez-vous laissé votre valise sans surveillance à un moment donné? Quelqu'un vous a-t-il demandé d'apporter quelque chose? Dans quelle direction restez-vous? Est-ce un hôtel ou un particulier? Et maintenant, c’est TRÈS IMPORTANT: ne laissez jamais votre bagage à main sans surveillance! Ò_Ó

- A votre service mon capitaine!

Nous disons au revoir à nos amis et à nos proches et, avec la carte d'embarquement en main, nous devons passer le premier et redouté contrôle de sécurité. Un contrôle qui finit par être "fabriqué en Espagne". Ils ne me font pas enlever mes chaussures, contrairement à Gemma, car elle porte des bottes. Et quand je récupère mon bagage à main, il me dit:

- Tellement de paranoïa et quand mon sac est passé dans le scanner, le policier regardait de l'autre côté.

Ah mon ami! C'est que c'était le contrôle de mentirijilla, le bon a commencé exactement une heure avant d'embarquer. Normalement, il embarque 30 minutes avant de partir, mais à partir de maintenant tous les vols à destination des États-Unis. ils embarquent une heure avant car avant de monter dans l'avion, ils vous font un contrôle exhaustif. D'abord, ils nous ont fait mettre en rangs, hommes et femmes, et un par un, ils nous ont fait descendre les escaliers mécaniques jusqu'à la porte de l'avion. Il fallait d'abord enlever ses chaussures et passer par une arche de détecteur de métaux. Ensuite, une femme, dans mon cas, m'a fouillé, devant et derrière. Ensuite, vous êtes allé à l'examen de vos biens, dans mon cas, sac à main et sac à main. Ils ont examiné tous les compartiments et en particulier les appareils électroniques. Ce dernier nous a fait les allumer pour montrer qu'ils étaient réels. En tout cas, profitant du fait que j'étais déjà pieds nus et que j'avais tout sorti de mon sac à main, j'en ai profité pour mettre mes pantoufles chez moi et emporter ma couverture thermique pour le voyage, avant le sourire de l'assurance. Finalement, l'avion est parti avec 30 minutes de retard et l'avion était à moitié vide.

Le service à bord de Delta est l'un des pires que j'ai jamais eu sur un vol transatlantique. Nous avions une télévision pour tout le monde et les films ne pouvaient évidemment pas être choisis. De plus, le système audio ne fonctionnait pas et nous avons passé plus de sept heures à inventer les dialogues de quatre films. Deux d'entre eux étaient des encéphalogrammes plats, mais "La femme du voyageur temporel" et "L'informateur", honnêtement, je dois le voir avec son.

Un collègue de bureau, qui a voyagé le lendemain de la tentative d’attaque, m’a expliqué ce qu’il restait une heure pour aller aux États-Unis. Lors de leur vol, il a été déclaré comme une sorte d’état d’urgence qui ne permettait à personne de se lever ni d’avoir quoi que ce soit dans le siège et les moniteurs GSP désactivés. Dans notre cas, cela ne s’est pas produit et à l’heure prévue, nous avons finalement atterri à bord du J.F.K.

Suivant le style de la société, le terminal où atterrit Delta est hypercutre. La première chose à faire était de passer le contrôle de l'immigration. Avant de voler aux États-Unis il est nécessaire de remplir une autorisation en ligne. Si vous ne l'avez pas, vous n'entrez pas dans le pays (ou vous avez beaucoup de problèmes). Bien qu'ils vous fassent également remplir la carte verte avec les questions typiques:

A) Avez-vous une maladie contagieuse? un trouble physique ou mental; Ou est-il un consommateur ou un toxicomane?
B) Avez-vous déjà été arrêté ou condamné pour un crime ou un crime de turpitude morale ou de violation d'une substance contrôlée? ou a été arrêté ou condamné pour au moins deux crimes pour lesquels la peine totale d'emprisonnement était de cinq ans ou plus; ou a été un trafiquant de substances contrôlées; Ou essayez-vous d'entrer pour participer à des activités criminelles ou immorales?
C) Avez-vous déjà été ou êtes-vous impliqué dans l'espionnage ou le sabotage? ou dans des activités terroristes: ou un génocide; Ou entre 1933 et 1945, a-t-il été impliqué d'une manière ou d'une autre dans les persécutions associées à l'Allemagne nazie ou à ses alliés?
D) Avez-vous l'intention de chercher du travail aux États-Unis? ou avez-vous déjà été exclu et déporté? ou a déjà été retiré des États-Unis ou a tenté ou tenté d'obtenir un visa ou d'entrer aux États-Unis. par fraude ou faux témoignage?
E) Avez-vous déjà détenu, retenu ou empêché la garde d'un enfant d'un citoyen américain qui a obtenu la garde de l'enfant?
F) Avez-vous déjà été refusé un visa pour les États-Unis? ou entrée aux États-Unis ou un visa a-t-il été annulé aux États-Unis?

Et une forme du département du commerce dans laquelle vous devez déclarer les marchandises que vous entrez dans le pays. Avec les deux cartes en main et avec le sourire aux oreilles, je me prépare à l'immigration. L'officier, qui semblait vouloir parler, m'a remis un questionnaire complet:

- Pourquoi viens-tu au pays? Le tourisme
- Était-ce la première fois? Non, c'est le troisième.

Pin
Send
Share
Send